• Plaisir VECU 347 : Le petit Nicolas

    Nicolas, élève de CM2, en délicatesse avec la lecture et l’écriture depuis leur première rencontre.  

    J’avais remarqué quand il était toujours en CE, dans la classe de ma collègue, qu’il portait un amour immodéré pour les cailloux et le monde minéral en général. Arrivé en CM1 avec moi, je l’avais mis en contact avec un ancien de mes profs de fac, directeur du département de géologie à Brest. Le "petit Nicolas" avait alors pris plaisir à gribouiller des mails pour poser ses questions et raconter un peu de son quotidien au scientifique. Nicolas commençait à avoir envie d’écrire.  

    Cette année, pour multiplier les voies de diffusion des écrits de la classe, nous avons commencé à publier un maximum de textes en « petits livres » (vous savez, ces pages A4 qui après un savant pliage se transforment en petit bouquin de huit pages… : Les Petits livres). Dès le départ, Nicolas a sauté sur son cahier de brouillon ou, de façon plus générale, sur tout ce qui ressemble à une feuille, pour écrire sa désormais célèbre histoire (dans notre classe, au moins) du « Lapin et de l’écureuil ». Le petit texte du début est devenu le tome 1 d’une série qui en est actuellement au cinquième tome.  

    Toujours très pressé de partager ses textes, Nicolas a lu le quatrième tome vendredi. Devant la classe attentive, il a saisi son petit livre, interprété ses personnages, tel Dussolier au théâtre. Dès la fin de la lecture, nous avons entendu des « Nico, tu lis vachement bien maintenant! », auxquels Nicolas a acquiescé, expliquant que le fait de lire ses propres textes devait y être pour quelque chose. Maintenant, tout le monde attend chaque semaine la suite des aventures, et Nicolas est devenu l’écrivain de la classe.  

    Egalement passionné de géométrie, il a avalé ses dernières ceintures PIDAPI de géométrie (pour en savoir plus : Pidapi) avant de venir me dire « Maître, j’ai fait pas mal de maths, j’ai bien avancé. Maintenant, je mets le paquet sur la grammaire ». A ce moment, je me suis dit que je n’aurais jamais entendu ça, il y a deux ans, dans la bouche de Nicolas. Il avait grandi, l’école devenait un endroit pour créer, grandir et progresser. Maintenant, on avait vraiment l’impression qu’il commençait à tenir les rênes de ses apprentissages. 

    Si j’avais eu une bouteille lors de cette séance de « présentations », le bouchon aurait clairement sauté au plafond.  

    Yves Paubert


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Isabelle
    Mercredi 30 Mars 2016 à 12:59
    Isabelle

    Bonjour,

    Merci pour ce partage, je devrais écrire "ces partages" car chaque fois que je lis ce que vous faites avec les élèves pour leur donner le goût d'apprendre je suis toujours émue jusqu'aux larmes.

    Encore merci pour ces heureux-ses qui auront croisé votre chemin !

    Belle continuation,

    Bien à vous,

    Isabelle

     

    2
    Mercredi 30 Mars 2016 à 21:48

    Merci à vous, Isabelle, pour votre commentaire. Il donne envie de continuer !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :