• Il va m’être difficile de résumer en quelques lignes ce qui s’est passé en classe tant la situation a été riche, mais je vais tenter de m’y atteler.

    Lors de notre premier débat concernant le « Parlement des enfants », j’ai invité les enfants de ma classe de CM2 de Waziers, commune urbaine proche de Douai dans le Nord de la France, à échanger sur la thématique : « Egalité homme femme » dans le but de rédiger une proposition de loi qui sera transmise à notre député.

    La première chose qui émerge chez ces petits citoyens en devenir, c’est que l’égalité entre les sexes n’existe pas ! Et les exemples ne manquent pas. Dès les premières secondes, la classe trouve que le sport féminin est moins repris dans la presse que le sport masculin. Le débat se poursuit sur les différences physiques qu’il y a entre un garçon et une fille… Mais rien ne justifie cette couverture médiatique moindre.

    Quelques minutes plus tard, des élèves se sont posé la question de l’existence d’une présidente de la République. En France, après une rapide énumération, nous nous heurtons à une nouvelle inégalité… Heureusement que certain-e-s nous rappellent qu’à l’étranger, cela existe ! Cette « bonne nouvelle » est vite entachée par un rappel : lors de notre travail sur l’Assemblée nationale, nous avons vu qu’il y avait moins de femmes que d’hommes au palais Bourbon. D'ailleurs, il n’y a jamais eu de femme présidente de l’Assemblée nationale… Encore une désillusion !

    Nous continuons… Les prises de paroles s’enchaînent… Pourquoi ce sont majoritairement les femmes qui s’arrêtent de travailler à la naissance d’un enfant ? La classe revient sur les raisons salariales, culturelles et traditionnelles qui veulent que les femmes s’occupent du foyer. Beaucoup de filles trouvent qu’en France les grandes idées de liberté, d’égalité sont profondément ancrées dans nos mœurs, mais que les actes pêchent. De plus, elles ont entendu parler, même si cela est flou, que dans le passé, les femmes avaient dû se battre pour obtenir des droits fondamentaux (droit à l’éducation, au travail, droit de vote, droit à la contraception, à l’avortement…). Un nom sort d’une petite tête : Simone Veil ! Certains l’ont vu sur une pièce de 2€. Nous fonçons ! Nous nous interrogeons !...

    A la suite de ce débat, qui dura plus d’une heure, nous devons maintenant choisir un angle pour notre proposition de loi. Et c’est là que j’ai compris que nos enfants se sentaient à la fois intégrés au monde qui les entoure, mais également impuissants face aux défis qu’ils doivent relever !

    Certains de mes élèves prennent à nouveau la parole et expriment leur pensée : nous ne serons pas écoutés car nous faisons partie des minorités.

    Je demande donc des explications et on m’explique qu’à l’Assemblée nationale, les députés semblent assez âgés et les enfants de la classe n’ont que dix ans. Les différences de milieux sociaux entre les élus et les citoyens sont aussi évoquées, avec des mots d’enfants. De plus, la loi devra concerner l’égalité homme/femme et les députés sont souvent des hommes : voudront-ils supprimer leur position de privilégiés ? de dominants ?

    Après l’expression de ces doutes, j’avoue être fier de ces interventions d’autant plus que la classe a pris la décision de remettre à plus tard notre choix car elle a pris conscience de la difficulté de celui-ci. Les enfants se demandent : sur quoi pouvons-nous agir ? … et personne n’avait la réponse à ce moment du projet !

    A noter que, depuis ce débat, les enfants se sont structurés en groupes de travail et ont proposé une loi relevant de problèmes qu’ils jugent majeurs : les discriminations concernant la vente de produits jugés sexués tels que les habits ou les jouets, la ségrégation toujours présente dans certains catalogues de jouets et le non-respect de l’intimité des enfants dans les écoles élémentaires, notamment aux toilettes.

    Damien Bocquet –  ICEM-Pédagogie Freinet 59

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) Coopération et citoyenneté : un fichier

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/fichier-d-incitation-cooperation-citoyennete

    2) Les enjeux de l'égalité filles-garçons

    https://eduscol.education.fr/cid46856/les-enjeux-de-l-egalite-filles-garcons.html

     UNE QUESTION

    Comment faire de l'école un lieu de réelle citoyenneté ? 


    votre commentaire
  • Lors du conseil d’élèves de vendredi dernier, dans ma classe de CM1/CM2, il y a eu la proposition que le maître écrive aussi des textes libres. J’ai trouvé cela intéressant, même si je ne pense pas que cela soit une bonne idée au final. Je ne voudrais pas que cela soit une référence qu’ils voudraient recopier. 

    Nous passons aux remarques sur cette proposition, et là, deux élèves lèvent la main pour dire qu’ils ne sont pas d’accord. H. explique qu’il est contre « parce que le maître doit déjà préparer les activités, corriger les cahiers, les textes libres, les fiches de lecture et nous aider à apprendre toute la journée ! Il n’a pas le temps ! »

    Il faut savoir que j’ai eu un altercation très dure et violente avec cet élève le jeudi et que notre relation est difficile par moments. Cela m’a touché qu’il reconnaisse le travail que je faisais et qu’il essaie de "prendre ma défense ».

    R. qui était l’auteure de la proposition a répondu que « je pouvais le faire chez moi pendant le week-end ». A. est alors intervenu pour dire que je devais aussi apprendre un conte pour le raconter au cercle de conte, mettre les photos sur classroom et faire les corrections, que ce n’était pas facile et qu’il ne voulait pas que je n’apprenne plus de conte.

    Là encore, ça m’a touché qu’il se rende compte des efforts que je fais pour qu’ils apprennent et qu’ils passent de bons moments. Cet élève est un élève qui me critique beaucoup au conseil pour me dire quand je fais des choses qui lui paraissent injustes. Parfois, elles le sont effectivement, et parfois pas du tout.

    Comme quoi, rien n'est simple ! 

    Pierre Messaut

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) Le Conseil de classe

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/accueil-conseil

    2) Le Cercle de conte

    https://apprendreaeduquer.fr/conte-outil-deducation-suzy-platiel/

     UNE QUESTION

    Quand un élève se met en opposition, contre qui ou quoi se bat-il ? 


    votre commentaire
  • A l’école de Lieudieu, nous avons vécu une belle matinée.

    La classe du bas (PS-MS-GS-CE1) a fait une sortie du vendredi extraordinaire : sur le chemin de la maison de C.(3ans) et A. (5 ans) où nous étions déjà venus la semaine dernière, nous avons repéré chaque maison par son numéro et par un détail (nous avons entrepris de repérer toutes les maisons du plan de Lieudieu ! Heureusement, il n’y a que 300 habitants ).

    A. connait bien le quartier, il nous explique qui habite dans certaines maisons ; C. sait très bien nous mener jusque devant chez elle. Nous avons senti la mélisse au bord du chemin, touché la rosée, repéré un buisson de ronces où des mûres roses pointent leur nez... et cherché désespérément le mouton croisé vendredi dernier ! Quel plaisir de s’enthousiasmer tous les 5 mètres par une trouvaille de l’un d’entre nous : un caillou, un nom sur une boite aux lettres, un panneau de vide-maison, des restes de cire d’abeille, un puits, un chat... Qu’allons-nous faire de toutes ces notes, dessins et photos ?

    Dans la classe du haut (CE2-CM1-CM2), après le « Quoi de neuf ? », nous finissons de mettre au propre nos écrits pour une école du Bénin : dans une ambiance calme et studieuse, nous racontons notre vie d’écoliers français.

    Ensuite, et c’est là le "moment champagne", chaque élève fait le bilan de son plan de travail n°2 et prépare son plan de travail n°3. Ce n’est pas un exercice facile : à l’aide de tout un tas de tableaux, il faut prévoir ses exercices d’entraînement en français et en mathématiques, ainsi que les évaluations que l’on se sent prêt à passer. Il faut aussi s’inscrire sur différents projets comme préparer son affiche de délégué ou organiser son atelier cuisine. Pour la première fois, presque tous les élèves réussissent à remplir leur plan sans mon aide. R., un élève qui habituellement cherche plutôt à échapper à son travail, remplit parfaitement son plan tout seul et inscrit même des exercices supplémentaires sur son plan car, « la semaine prochaine, c’est bon, je me mets au travail ! ».

    Après la récréation, les deux classes se sont réunies pour le premier Conseil d’enfants de l’année. Et là, c’était magique ! S. (CM2), présidente du Conseil, a mené cette réunion de main de maître du début à la fin. Prise de parole, vote, synthèse des décisions, gestion de la parole (notamment, arrêter les enfants hors-sujet)... Elle a été chaudement félicitée ! Les autres élèves aussi étaient incroyables : ils se sont saisi de tous les sujets proposés avec sérieux et implication, ont opposé des arguments, ont cherché des solutions, ont proposé des organisations... Un exemple de débat citoyen digne de ce nom ! Et productif en plus : il a été décidé que l’argent gagné grâce à la vente des mini-livres serait géré par L. (CE1), T. (GS) et E.(CM1) pour acheter des jeux de cour ; H. (CE1), qui avait réfléchi avec sa maman aux tâches nécessaires au jardin, organisera le travail des jardiniers volontaires ; N.(CM2) fera une affiche pour les règles de la balle assise. La décoration de l’école pour Halloween et Noël proposée par R.(CE2) n’a pas remporté assez de suffrages, et l’utilisation du terrain à côté du jardin nécessitera une demande d’autorisation au propriétaire (sujet reporté au prochain conseil).

    Seul regret des enseignants : on aurait dû filmer !!!!! C’est souvent comme ça que ça se passe d’ailleurs : quand on pense à filmer, rien de spécial ne se passe, et c’est quand on est en train de vivre un moment génial que l’idée nous passe par la tête ! Tant pis ! On tentera au prochain Conseil ! Et puis le plaisir de vivre pleinement l’instant, ça n’a pas de prix !

    Elisa Cecillon et Nicolas Montanguon

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) Le Conseil

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/accueil-conseil

    2) Sortir ! 

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/accueil-sortie

    UNE QUESTION

    Comment permettre l'émergence de moments forts dans une classe basée d'abord sur le respect des programmes ? 


    votre commentaire
  • OUI, j'en ai assez ! J'en ai marre des projets onéreux et ronflants de certains collègues qui écrivent qu'ils organisent un voyage pour "l'ouverture d'esprit" ou "la découverte d'une autre culture". Les élèves passent des heures en car, visitent en touristes, consomment des visites, participent à des activités (encadrées, alléchantes, attractives... très chères !) et bizarrement, leurs plus beaux souvenirs sont : 1/les nuitées en dortoir 2/les veillées 3/le pique-nique/les repas 4/les "récrés" 5/le shopping... En clair, rien de ce qui était annoncé dans le programme pédagogique !

    J'ai choisi de partir "pour 3 francs 6 sous" à "2 pas de chez nous" avec des petits enfants de 6-7-8 ans que leurs parents hésitaient à lâcher (Bonjour les appréhensions ! Je n'imaginais pas.. la peur du manque/vide chez les parents !) pour que les enfants vivent simplement

    1/ une vie en collectivité sans leur famille

    2/ des activités de pleine nature

    OUI, leurs plus beaux souvenirs sont : 1/les nuitées 2/les récrés 3/les repas 4/les veillées 5/les promenades

    Mais, en partant seulement 3 jours, non loin de St-Etienne, c'était bien le projet de la classe. Et je l'ai défendu auprès de l'Inspecteur. Aucune visite guidée. Aucune animation payante. Aucun intervenant arrivé juste à point (et chèrement) pour occuper la soirée.

    Un projet construit avec/par les élèves. Qu'est-ce qu'ils ont jubilé en organisant les répartitions dans les dortoirs ! En écrivant au cuisinier pour lui demander de préparer (top secret !) le gâteau d'anniversaire de N ! En écrivant eux-même la liste pour le sac de voyage !

    Dans mon école publique de centre-ville, où existe encore une vraie mixité sociale, je suis contente que toutes et tous les élèves aient pu partir.

    OUI, c'est pour mon projet de classe, l'essentiel ! Et culturellement, découvrir la verte campagne (Ouille ! Les orties ça brûle !) ; la vie en collectivité ( Oh NON ! Il/elle ronfle ; pleure ; remue dans le dortoir) et l'autre/le copain-la copine ( "T'as qu'une seule paire de chaussures ? Ta trousse de Toilette, c'est juste un sac plastique ?)

    Et puis, si en plus, on a sensibilisé les uns les autres à l'intérêt du développement durable, en prenant les transports publics, en consommant local, en découvrant le patrimoine régional, tant mieux !

    Dans nos classes, la première lutte contre la xénophobie, la peur de l'autre, c'est juste et simplement de vivre et travailler ensemble , tous/toutes les élèves ! Au quotidien !

    Marie-Eve Thivillier

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) La classe découverte

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/recherche/adultes/results/classe%20découverte

    2) Les responsabilités dans une classe coopérative

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/recherche/adultes/results/responsabilités

    UNE QUESTION

    Appropriation de son environnement ou dépaysement : que privilégier ? 


    1 commentaire
  • Jeudi prochain aura lieu l'élection des délégués de la classe. Pendant le temps du "Quoi de neuf ?" chaque candidat peut prendre la parole et expliquer pourquoi il ferait un bon délégué.

    Plusieurs élèves présentent leurs projets pour l'école et la classe. Par exemple, K. propose de changer les règles de la cour de récréation pour avoir la possibilité de jouer plus au foot. A. propose de mettre un animal de compagnie dans la classe. S. propose d'améliorer la propreté des toilettes des filles...

    A la fin de ces prises de parole, L. qui est aussi candidate à l'élection des délégués lève la main et dit : "Mais moi, si je suis élue, je ne vais pas proposer mes idées mais je proposerai vos projets, que l'on fera ensemble".

    J'ai été surpris, j'en avais presque la larme à l'oeil. Elle a tout compris à la coopération...

    Pierre Messaut

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1)quoi de neuf

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/pratiques-et-recherches-54-la-parole-dans-la-classe-entretien-quoi-de-neuf

    2)pour une démocratie participative

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/56975

    UNE QUESTION

    Comment partager les valeurs de la coopération ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique