• Plaisir VECU 408 : La place vide sur une photo de classe

    Le travail avec des adultes apprenants est parfois l’occasion aussi de fortes émotions...

    Justine est arrivée en janvier dans le groupe d'alphabétisation d'adultes, transformé pour la plupart des apprenantes en groupe d'apprentissage français langue étrangère. Nous voici avec elle revenus à notre mission originelle : même si elle récite l'alphabet sans erreur et peut écrire (ou plutôt dessiner) les lettres, Justine, 24 ans, ne sait pas lire du tout. Curieusement, elle repère toujours le « a » et sait le prononcer. Mais pas les autres lettres dont pourtant elle connait le nom. Dans les faits, elle n'est jamais allée à l'école élémentaire. De son passage à la maternelle qu'elle a fréquentée avant de rejoindre un IME, elle m'a montré un jour avec beaucoup de fierté des photos de classe où elle sourit au milieu de ses petits copains de trois/quatre ans. Je les ai tous reconnus – je les avais retrouvés plus tard au cycle 3 –, mais pas elle. Ça m'a fait tout drôle, cette petite fille qui, tout à coup, disparait du groupe. Et le groupe continue, sans elle. Personne, parmi ces enfants, jamais, à l’école élémentaire, n'avait évoqué sa présence.

    Des années plus tard, inscrite au cours d’alphabétisation pour adultes, elle a fait preuve d'une étonnante assiduité aux quatre séances hebdomadaires, ce qui lui demandait à chaque fois un déplacement en train, une longue marche dans la ville et une attente de plus d'une heure dans la gare de départ. Elle est venue été comme hiver, qu'il pleuve ou qu'il vente, qu'elle soit en forme ou un peu grippée.
    Chaque fois, elle s'est pliée avec un plaisir évident à nos demandes, a participé au quoi de neuf ?, a écrit – en dictée au formateur – des textes libres qui parlaient d'elle, a commencé à syllaber, s'est efforcée à faire des devoirs qu'elle s'était donnés elle-même pour le lendemain, a « attrapé » de nombreux mots qu'elle identifiait globalement, pour... tout oublier systématiquement à la séance suivante.
    Seul restait le « a ».
    Ou peu s'en faut.
    Nous voyions bien que quelque chose était possible avec elle, qu'elle n'était dénuée ni de logique ni de désir d'apprendre. Nous étions par ailleurs convaincus qu'il nous faudrait du temps pour que la Méthode naturelle agisse avec elle, en commençant par déconstruire ce qui avait été peut-être à l'origine de ses incapacités et, en s'appuyant sur du sens, celui de la vie, la sienne d'abord, par reforger une meilleure estime de soi.
    Et nous avons tenu le cap. Elle entrait avec le sourire, visiblement contente d'être là.

    Mais en juin, toujours rien.
    Alors j'ai commencé à douter.
    Étions-nous armés pour faire face à une situation de léger handicap mental ? Mes collègues de l'association étaient moins pessimistes, peut-être parce qu'ils n'avaient pas, comme moi, failli la connaitre enfant, n'avaient pas nourri non plus l'espoir plus ou moins conscient de récupérer, des années après, la petite fille disparue de la photo.
    Mieux ancrés dans le présent avec elle, ils s'accrochaient davantage aux résultats de la séance, quand bien même ceux-là s'évaporaient le lendemain. Ils y voyaient un signe encourageant. Après tout, ce qu'elle avait su faire pour le « a », pourquoi ne saurait-elle pas le faire pour le reste ?

    Et puis, le dernier jour est venu et avec lui un petit bilan pendant lequel les apprenants ont été invités à s'exprimer sur leurs impressions de progrès ou non, et sur leurs souhaits pour l'an prochain.
    Justine a dit : « Moi, j'ai beaucoup appris cette année – et là, j'ai tendu l'oreille à l'en décrocher –, j'ai appris à avoir plus confiance en moi. Par exemple, maintenant, quand je sais qu'il y a un boulot possible pour moi, comme à la pouponnière de Molsheim, j'y vais, je pose ma candidature, je me fais aider pour écrire la demande. Je suis contente. »
    Et nous donc !
    Et moi donc : à la place vide, sur les photos de classe des cours moyens, un vague contour commence à se dessiner…

    Martine Boncourt


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :