• Plaisir VECU 807 : Pour fonder une classe coopérative... prenez un hamster !

    Vendredi 21 septembre. Classe de CE2. Conseil de classe.

    Les élèves se sont approprié le conseil à une vitesse folle. Nous sommes seulement à trois semaines de la rentrée ! Ils ont des petits papiers à mettre quand ils veulent dans trois pochettes différentes : Je critique/ J’ai un problème, Je félicite, je propose.

    Ce vendredi nous avons une proposition. S. propose d’avoir un lapin dans la classe. Je demande la parole, un lapin, c’est un peu gros, on ne peut pas le lâcher dans notre cour toute bitumée, il va être malheureux, un autre enfant demande la parole : on pourrait prendre un hamster, un autre évoque de prendre un poisson… Le débat est lancé, ils argumentent, on finit par voter, ce sera un hamster s’il n’y a pas d’allergie dans la classe, nous écrirons une lettre aux parents pour le savoir, sinon, ce sera un poisson.

    Et puis, sans besoin d’intervention ils élaborent leur plan : il faudra s’en occuper, lui donner à manger, à boire. Maîtresse, tu pourras faire une pince à linge pour s’occuper du hamster ? (la pince à linge étant un service de classe). 

    Ils continuent : Il faut une cage, de la litière, une roue…  On pourrait écrire une lettre aux parents pour demander si quelqu’un en a, et puis, on pourrait aussi faire une annonce dans notre journal de classe ! Maîtresse, tu nous donneras des exercices pour savoir ce que ça mange un hamster ? Un élève réagit, mais il faut de l’argent pour acheter la nourriture, et la litière. Le tour de parole repart de plus belle : on pourrait vendre des gâteaux. Oui, mais où ferions-nous les gâteaux ? A la maison ou à l’école ? Maîtresse, on peut faire les gâteaux à l’école ? Et comment allons-nous faire pendant les vacances ? Maîtresse le prendra, comme ça, on ne se bagarrera pas ! Gloups… Je demande la parole, ça, ça ne va pas être possible, il va vous falloir trouver une autre solution !  Une autre élève C. demande la parole, elle n’a pas l’air si enjouée que les autres. Elle ne veut pas d’animal dans la classe parce qu’à la fin ils meurent, et c’est triste. Une autre question plus philosophique est lancée, deux trois enfants prennent la parole pour expliquer que ce n’est pas grave que c’est aussi la vie, c’est comme ça. On rit à l’évocation du poisson suicidaire de C. ! Mais il est déjà 16h30, il faut partir, les élèves repartent dans un entrain que je ne leur ai jamais vu…

    Pendant tous ces échanges, je les regardais, je les écoutais… et je jubilais ! Ca y est, les élèves se sont appropriés la classe, ils ont proposé, posé les problèmes, cherché des solutions, débattu, argumenté, philosophé, voté… Ils vont écrire, ils vont lire des documentaires, à leur demande… et tout cela aura tellement plus de sens ! Je touche du doigt ce que j’essaye de mettre en place depuis quelques temps… une vraie classe coopérative, une classe qui s’approprie l’école, qui l’envahit même (bon, d’un tout petit animal !) ! Quel bonheur ! Je sens que je vais l’aimer cette année !

    Jeanne Paturel


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :