• Plaisir VECU 690 : L'éclipse pédagogique

    Notre temps n'est décidément plus celui que mesure la rotation de notre planète autour du soleil. Il court plus vite, nous dépasse, et il est déjà trop tard : plus de lunette à éclipse, tous aux abris, c’est l’apocalypse.    

    Je fabrique des sténoscopes grâce aux fiches techniques diffusés par les collègues de l’ICEM-Pédagogie Freinet, je remue ciel et terre, je fais jouer la coopération et partageons 20 paires avec ma collègue, ensemble nous ferons voir l’éclipse par groupe. Des consignes arrivent sur les boîtes académiques : Attention danger ! Des enseignants mettent des draps aux fenêtres, il faut prévenir les parents, certains ne mettront pas leurs enfants à l’école. 

     Jeudi  

    Je fais le noir dans la classe avec des lampes de poche, nous essayons les sténoscopes, avec le doigt on fait la lune. J’ai rapporté un module terre-lune, P. tient la lampe, S. fait passer la lune devant, je montre la France coloriée en jaune et l'ombre qui passe dessus. Ils manipulent le dispositif à tour de rôle. Z. me montre la France en jaune. : « C’est le Soleil ? - Non c’est la France. Là où nous sommes sur la Terre, la petite boule grise accrochée c’est la Lune et la lampe le Soleil, tu as compris ? Le bleu sur la terre, c’est la mer, les océans , tu as raison j'aurai dû colorier en vert. » 

     Je me rends compte que c’est pas gagné. C. me demande : « Pourquoi alors y a pas tout le temps des éclipses ? – Ben, il peut y en avoir ailleurs sur la Terre, parce que ça dépend de son inclinaison par rapport au Soleil. Regarde, quand on bouge l'axe, l'ombre se déplace sur la Terre, c’est compliqué, ça ne peut pas arriver tout le temps, il faut faire des calculs pour savoir quand ça va arriver et où  … » 

    Ils jouent avec les lampes, sur le panneau de peinture, des feuilles blanches sont accrochées, ils font des ombres avec leurs corps et aussi avec différents objets de la classe. Au réveil de la sieste des petits, je lis une histoire toujours dans le noir avec une lampe, les petits ont chacun une lampe, ils éclairent les images du livre quand je le retourne.  

    " Aïe ! il m’a mis la lampe dans les yeux. J'explique : « Oui ça fait très mal, ça éblouit c'est pour cela qu'il faudra des lunettes spéciales demain pour regarder le Soleil et voir l'éclipse, sinon ça brûle le fond des yeux et après, on devient aveugle. » 

    Vendredi  

    Le ciel est couvert, on espère tous que ça va se dégager. A 10h nous allons comme d’habitude en salle de motricité, ma collègue est dehors avec ses élèves de CE2/ CM1, ils sont terriblement déçus, ils font la danse du soleil en vain. Nous sortons et faisons remarquer qu'il fait sombre et surtout très froid tout d'un coup, une lumière d'orage polaire, mais les élèves sont très tristes, ils gardent leurs lunettes à la main, désespérés. A 11h il fait vraiment plus clair, nous remontons dans les classes. Je demande à une collègue pourquoi elle n'est pas descendue en récréation, elle dit qu’elle avait prévu ses activités en fonction des consignes de confinement. L’après-midi, j’installe le projecteur-diapo dans la classe avec un drap tendu en travers. Je fais le noir, les élèves font des ombres, des petits spectacles, avec leur mains et des marionnettes : un groupe acteur, un groupe spectateur, on change. J'enlève le drap, les feuilles blanches sont toujours accrochées, les filles veulent dessiner leur ombre, une se met de profil et l'autre fait le contour de sa silhouette, c'est difficile, il ne faut pas bouger, je les aide. Finalement tous les élèves font leur portrait de profil à partir de leur ombre projetée sur le papier. Le soleil est revenu, les petits arrivent. J’ouvre les stores et les fenêtres, je sors les lunettes et je leur propose de regarder le soleil avec les lunettes. Ils passent un par un : «  Oh c'est beau, c’est pas le Soleil, c’est l’Espace, c’est une Planète !!! - Non c'est le Soleil et ce matin la Lune est passée devant. Essayez de bouger et de le cacher un peu. - Ah oui j’y arrive avec la fenêtre - Encore à moi. » 

    Trois paires de lunettes sont posées devant la fenêtre, ils s'organisent. Certains finissent leur portrait, d’autres rangent, d'autres regardent, d'autres attendent. C'est rapide, quelques secondes qui suffisent à nous transporter.  

    Des parents arrivent, je leur propose de regarder : " Ah, c'est beau, vraiment je ne pensais pas qu'on voyait comme ça." 

    Et N. qui conclut: « C'est magique, c'est comme si j'étais dans l'espace sur une autre planète, je vais prendre mon vaisseau de lego que j'ai fabriqué ce matin et je vais le faire passer devant le Soleil, dis, je peux essayer ? » 

    - Oui, essayons. Demain il faudra rendre les lunettes. 

    - Et à la prochaine éclipse, j'aurai ... 

    - C'est en 2080. Dans 65 ans donc, tu as 6 ans, 65+6, ça fait ? 

    - 70, euh non, 71, ah ah, c'est pas possible. 

    - Et si .... 


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :