• Plaisir VECU 667: Bulles de Charlie

    Jeudi 8 Janvier au "Quoi de neuf?", aucun enfant spontanément n'a parlé de Charlie, c'est donc moi qui me suis inscrite pour leur en parler. Un long moment d'échanges et d'éclaircissements : Charlie est un journal, très peu d'entre eux le savaient; Liberté de penser, de dessiner, de caricaturer, etc.

     

    J'ai ensuite écrit au tableau la citation attribuée à Voltaire "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrais jusqu'à la mort pour que vous puissiez le dire" et nous en avons longuement parlé.

     

    J'ai terminé cet échange en proposant à ceux qui le souhaitaient d'écrire ou de dessiner pendant le plan de travail individuel qui a suivi immédiatement. J'en ai vu certains écrire et dessiner mais une seule élève m'a rendu un texte (j'avais dit que cela pouvait rester intime).

     

    Avec un collègue de l'école nous sommes allés manifester dimanche en compagnie de certaines mamans musulmanes de l'école ; c'était à mes yeux important d'être ensemble ce jour là.

     

    Lundi au "quoi de neuf", deux enfants ont parlé de Charlie. Le premier a raconté qu'il était allé manifesté avec son père. La seconde avait apporté une caricature du numéro de Charlie Hebdo sur les rythmes scolaires (n°1142), où sur la couverture, nous voyons un enfant dire "Demain, j'ai Djihad !" et Titeuf lui répondre "T'as du bol. J'ai maths !". On l'a regardée, commentée.

    Les enfants ont remarqué que la mèche de Titeuf, c'était la barbe de l'enfant musulman à l'envers. J'ai expliqué que cela pouvait choquer et pourquoi. J'ai aussi parlé du droit au blasphème en France.

    A un moment, une petite de CE2 (musulmane) a demandé: "Maîtresse c'est quoi le Djihad?"

    J'ai répondu que je ne savais pas bien répondre à cette question, que j'avais peur de me tromper et de leur dire des bêtises.

     

    Alors, un élève s'est écrié "Mais maîtresse on n'a qu'à faire un exposé !" J'ai acquiescé, demandé qui souhaitait faire une recherche documentaire sur ce sujet.

    Un élève a alors proposé de regarder d'abord dans le dictionnaire, ce que nous avons fait immédiatement. Je leur ai lu la définition et nous en avons parlé ensemble.

    Un élève a dit qu'il fallait se venger quand on se sentait insulté. J'ai demandé comment faire alors, qu'est-ce qu'on avait pour "se venger"? Un autre élève lui a alors répondu: "la loi".

     

     Voilà, c'était un moment assez incroyable.... La très grande majorité des élèves de la classe sont musulmans, et devant une telle question, ils cherchent la réponse dans les lieux de connaissance (le dictionnaire, l'exposé) et non pas dans les rumeurs, les croyances...

     

    L'école fonctionne en Pédagogie Freinet depuis plusieurs années, ces élèves pratiquent quotidiennement les conseils d'élèves, les conseils de délégués, les "quoi de neuf", les ateliers philo.

     

    Sabine G

    Enseignante en cycle 3 en "No go zone"


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :