• Plaisir VECU 315 : Comme dans un film !

    Un vendredi, un Conseil de classe avec une présidente et une secrétaire aux petits oignons : écoute, silence, respect, et même si un élève "plutôt compliqué" a été exclu par la présidente du jour après un avertissement, ce fut un moment extrêmement prometteur en terme de propositions, de partages, d'idées. En effet, A. présidente et O. secrétaire instaurent dès le début du Conseil un climat particulièrement serein mais rigoureux.
    - Rappel des règles et lois élaborées dès les premiers Conseils : "Je ne parle pas en aparté – J’écoute la personne qui parle – Je respecte et ne juge pas les idées des autres – Je lève le doigt pour prendre la parole. On peut faire des propositions sur la vie et le travail en classe, les projets. On peut féliciter – encourager - on peut parler des problèmes en classe (difficultés scolaires ) ou des difficultés de relation avec les autres."

    Ce vendredi d’octobre, l’ordre du jour porte sur :
    - Comment ça va ?
    - Élaboration des règles dans la classe
    - Les mots du tableau : propositions, difficultés, idées, félicitations…(grâce à des papiers vierges en libre distribution)

    La discussion commence autour des assises flexibles instaurées dans la classe (les élèves n’ont pas de places attitrées ; ils en changent tous les jours, voire plusieurs fois par jour) :

    « On pourrait faire un calendrier pour que chacun puisse choisir un tabouret ou un ballon le matin. » propose L.                                                                                                                                      A. fait remarquer que ce n’est pas vraiment la peine car personne ne se fâche pour avoir une assise lors de l’accueil.                                                                                                                                    « Et puis certains n’aiment pas forcément aller sur le ballon » remarque R.                                En fait, après quelques échanges, les élèves constatent d’eux-mêmes qu’il n’y a pas besoin d’ajouter de règles si on n’en a pas besoin (autorégulation des élèves).

    Ce jour-là, je me souviens m’être dit que des choses étaient en train de bouger. Les élèves n’essayaient pas coûte que coûte de faire passer leurs idées mais parvenaient à s’écouter et se laissaient convaincre par les arguments de certain.e.s élèves. Je remarquais aussi que plus je m’effaçais durant le Conseil (pas facile !) plus les élèves prenaient des responsabilités. C’est d’ailleurs ce jour-là qu’est née la proposition du responsable du plateau de fromage : un élève serait responsable des devoirs et devrait rappeler aux élèves ce qu’ils doivent emporter dans leur cartable. Cette idée du plateau était née un soir où un.e élève s’était amusé.e à dire que la chemise bleue était comme un plateau de fromages. Cette idée était restée...

    A un moment donné, durant le Conseil coopératif, le directeur, (nouvellement nommé sur l’école) est entré dans la salle pour me parler, mais devant l'atmosphère particulièrement solennelle, s'est assis et a écouté, puis discrètement est venu me glisser à l'oreille : "C'est super intéressant, dommage, je ne peux pas rester mais je reviendrai..."
    Une heure après, pendant la récréation, une autre collègue est venue me voir et m'a dit :  "Il parait qu'il faut que je vienne voir ton Conseil !". C'était mon directeur qui avait "cafté" !

    Un autre jour, grève agissant, restent avec moi 11 élèves... et nous voilà partis pour un emploi du temps improvisé :

    - Relaxation sur tapis. Un pur bonheur de les regarder respirer, se détendre, lâcher prise.

    - Nous enchainons avec un petit temps de grammaire avec mise en mouvements : nous revoyons les pronoms de conjugaison et les formes verbales associées au présent, nous nous amusons à taper dans nos mains les différentes terminaisons (je travaill-e, on tape dans les mains une fois, tu travaill -es, on frappe deux fois), puis nous dissocions la parole et le frappé. Ainsi, les élèves s’obligent à ne plus dire les terminaisons à voix haute mais seulement en rythmant les terminaisons. Ce travail provoque enthousiasme et réelle implication. Oui, on a bien ri parce que parfois même Céline, la maitresse, se trompait et tapait du pied !

    - Enfin, nous voici partis en promenade mathématique dans la cour à la recherche des carrés et possibles losanges... Prises de photos, enfant qui courent et hurlent : "Maitresse, un carré, ici ! Là ! Un autre !" Bref, des élèves acteurs, actifs et pleins d'énergie !

    Les voilà libérés de la classe et ils apprennent ! Peut-être des enfants qui parviennent à se mettre en apprentissage parce qu’ils ne sont plus dans le cadre rigide de la classe, qui reste douloureux pour certains, anxiogène pour d’autres ? Cela me conforte dans cette idée que nous devons réinventer la classe en donnant une place toujours plus grande aux enfants.

    Durant cet après-midi un peu spécial, je les regardais et me suis prise à rêver... comme si ce n’était pas la classe que j’accompagnais mais une autre… parmi celles dont j’avais si souvent rêvé devant certains films et reportages sur des classes Freinet. Mais c’était là et il suffisait d’y croire... il suffit d’y croire… de croire en nos élèves...

    Céline Geoffroy


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :