• Plaisir VECU 258 : L’Arbre généalogique

    Voilà un JFP bien classique dans mon CP/CE1, avec son enfant donneur de paroles pour la quinzaine, ses trois-quatre enfants désireux de nous présenter leur « c’est important pour moi de le faire partager » et un maître qui se met en écoute flottante (qui est ma marque de fabrique personnelle).

    Je laisse ainsi cheminer les passages avec présentation à la classe suivie de questions-réactions. Et puis, arrive l'intervention inévitable, soit lors de la présentation, soit au moment des réactions, qui fait un petit bruit dans ma tête flottante, un déclic qui me fait une douce claque. Un "autrement que prévu" (expression de Jacques Lévine) comme je l'aime, comme je le chéris, contrairement à nombre d'enseignants qui le redoutent.

    Aujourd'hui, cet AQP, je le perçois lorsque Mila demande à Alice avec quelle grand-mère elle est allée voir un spectacle : « La paternelle ou la maternelle ? »

    Alors, je m'engouffre dans la brèche, tranquillement, sans forcer, lors de mon tour de parole,  pour créer tous ensemble l’arbre généalogique d’Alice, et puis d'autres élèves volontaires.

    Et voilà une notion de CE1 abordée par le naturel.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Avril 2014 à 12:11

    Je viens de découvrir votre blog et j'adore tout. Quelle chance de pouvoir désormais y renvoyer tous les gens qui demandent "La pédagogie Freinet, c'est quoi, concrètement ?". Bravo bravo !

    Je vais créer un lien sur le blog d'ecole-vivante

    2
    Jakline
    Mercredi 2 Avril 2014 à 15:29

    Quelle chouette idée!


    Le bonjour à vous tous d'une ancienne en pointillée et toujours aussi débordée (mais enthousiaste) du GD 75...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Laurence
    Vendredi 4 Avril 2014 à 01:01

    Très intéressant cette entrée dans la classe. Montrer ce qui surgit de façon inattendue alors que paradoxalement cet inattendu est l'effet d'un dispositif qui prépare, veut et attend ses moments magiques voire ne vit secrètement que pour eux.


     


    Toutefois je me permets de signaler quelque chose qui me dérange dans le ton employé par-ci par-là et qui tend sans doute très involontairement à se placer du haut de ses pratiques innovantes au-dessus de la plèbe enseignante produisant de l'enseignement tel Charlot sur la machine dans les Temps Modernes:


     


    - dans l'en-tête: "Vous avez vu tous ces blogs d'instits, souvent bien conçus,  aux contenus intéressants qui nous font partager des outils et des ressources fantastiques... mais tout ça sans changer l'esprit de la classe."


     


    - dans cet article: "Un "autrement que prévu" (expression de Jacques Lévine) comme je l'aime, comme je le chéris, contrairement à nombre d'enseignants qui le redoutent."


     


    C'est un travers à mon avis du positionnement par le raffinement pédagogique qui consiste non plus dans un esprit coopératif à créer une dynamique en tentant de ddéceler chez celle ou celui qui ne se distingue pas (en tout cas en apparence) ce qui recèle de l'énergie mais à tenter de briller au milieu de la foule, de se distinguer d'une masse qu'il faudra donc présenter comme laborieuse et méprisable (ce qui est injuste car je connais les PE qui sont derrière Charivari et Lutin Bazar ainsi que Bruce Demaugé 3 références en matière de blogs outils et qui en terme d'émancipation et de travail sur "l'esprit de la classe" sont plus qu'intéressants... sans doute se distinguent-ils/elles par leur modestie.


    C'est un travers que je vois grandir dans le mouvement Freinet dont je suis une compagnon de route depuis 2 décennies et qui explique qu'on puisse afficher individuellement son mépris du syndicalisme présenté comme bêtement revendicatif et anti pédagogique (le stage CNT/SUD "subvertir les pratiques pédagogiques" est un formidable camouflet infligé à cette vision du syndicalisme trop répandue dans les médias et reprises dans les mouvements pédagogiques alternatifs) et à ce point esquiver dans les salons, les interventions la question de la casse du cadre national de l'école par le PS de peillon et hamon par le truchement du projet de refondation dont à part l'effondrement de la gauche préalable à la victoire du fn on se demande ce qu'il pourra refonder (à titre anecdotique les mesures de cartes scolaires annoncent plus de fermetures de classe que d'ouverture...).


     


    Bonne continuation.


     


    Laurence de Marseille (PE en CE2)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :