• PLaisir VECU 106 : Le Jeu de l'oie des Multiplications

    Tout a démarré lors d'un "Eurêka", ce temps de ma classe de CE1 qui est devenu un incontournable, au cours duquel les élèves qui le souhaitent viennent faire partager un apprentissage récent qu'ils ont "goûté".

    A cette occasion, de nombreux enfants ont pu dire leurs plaisirs d'apprentissage à leurs pairs, ce qui - je parie là-dessus - peut donner envie aux camarades.

    Sur une notion, sur une "capacité à" (par exemple à "parler à voix forte au théâtre"), sur une découverte... Ainsi, A. a parlé de cette nouvelle opération mathématique, la multiplication, qu'elle venait de découvrir apparemment avec plaisir.

    A l'issue de sa prise de parole, nous avons procédé comme d'habitude : nous avons demandé s'ils souhaitaient mener des projets, suite à ce partage.

    La même A. a aussitôt proposé de créer un "Jeu de l'oie des multiplications" et C. s'est associée à son idée. Je l'ai noté sur notre tableau de "projets Eurêka".

    Petite précision : Depuis quelques jours, pendant le temps de l'Accueil, A. jouait beaucoup au jeu de l'oie qui se trouve dans le bouquin que j'ai écrit, "Verbes, Sujets et compagnie". 


    Puis la semaine se poursuit, avec notamment ces temps de "Projets personnels" qui permettent à chacun de mener un projet qui lui tient à coeur.

    Quelques jours plus tard, est prévu dans l'Emploi des temps un moment de Présentation. Et c'est là que A. et C. présentent leur jeu de l'oie. Elles l'ont tracé, elles ont inventé des règles dans l'esprit d'un vrai jeu de l'oie et ont fabriqué deux dés en papier pour mettre en jeu la multiplication. Je le découvre avec les autres élèves, car elles l'ont réalisé sans mon aide.














     

     

     

     

     

     

     

     Depuis, les élèves jouent volontiers à leur jeu !

    Bien sûr, ce n'est pas spectaculaire, leur création pourrait être améliorée et le sera probablement, mais l'essentiel est ailleurs : grâce à ces temps ritualisés de la classe, les élèves ont la possibilité de dire oui à ce qu'ils ressentent pour se lancer dans des projets qui leur viennent en tête et qu'ils vont pouvoir rapidement présenter. Il en est de même lorsqu'ils écrivent des textes libres qui seront dans le journal, ou lorsqu'ils préparent des lectures à haute voix qu'ils pourront présenter à d'autres classes.

    J'insiste sur la ritualisation de ces temps, car souvent, dans les classes, il y a des projets, des envies, des propositions, mais pas les temps prévus pour les réaliser...

    Daniel Gostain


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :