• Aujourd'hui, atelier DVDP. Ca veut dire : Discussion à Visée Démocratique et Philosophique. Une quinzaine d'élèves de la sixième à la troisième, avec une technique magnifique développée par mon copain des Cahiers pédagogiques Michel Tozzi.

    Un président élève, sûr de son rôle car il est clairement défini et rappelé systématiquement, distribue la parole, la propose à ceux qui ne disent rien, fait respecter le cadre, le respect de l'autre, des mots de l'autre et donc des siens, un reformulateur qui écoute et, à la demande de l'animateur, redit, reformule, pour être sûr du discours tenu, et un animateur, en l'occurrence, moi.

    Aujourd'hui, c'était "les relations entre les sexes". C'est notre deuxième séance sur le sujet. M. est présidente, ils veulent tous être président mais ne se proposent pas si d'autres n'ont pas encore assuré la fonction.
    On commence, M. lit sa fiche fonction, L. la sienne, moi la mienne… et tout tombe à l'eau.

    D'incongruité ! Hier, certains d'entre eux, même des sixièmes (en partie), ont assisté au spectacle affligeant, honteux, du débat présidentiel ! Comment leur dire ma honte d'adulte, ou même simplement de Français ?

    Alors, j'interromps le débat, il n'a d'ailleurs pas commencé, et je leur dis mon admiration devant leur respect des règles, devant leur volonté farouche, depuis le début de l'année, de venir bénévolement, sur leur temps de repas, participer à un débat qui est toujours un modèle et illumine ma journée. Ils sont très surpris, par mes mots d'adulte envers eux, enfants, et par mon émotion. "Monsieur, est-ce qu'on peut en parler du débat d'hier ?". Je leur dis ma gène : je ne me sens pas le droit de parler politique, de dévoiler un peu mes opinions, même si, ils me le diront, ils les connaissent par ma façon de faire cours, de m'adresser à eux, les ateliers de philosophie, les conseils d'élèves… Alors, j'ai proposé qu'on débatte sur … le débat. Qu'est-ce que c'est qu'un débat ?

    Ça n'a pas été très long, les trois quarts d'heure prévues étaient bien entamés. Ils ont à nouveau été juste géniaux, affichant des différences qui les faisaient grandir, qui les faisaient réfléchir. 

    Heureusement, ils étaient là, aujourd'hui, c'est eux qui m'ont aidé.

    Jean-Charles Léon, Professeur de musique en collège


    votre commentaire
  • Le partage de cette fin d'année revient sur un dispositif déjà présenté dans ce blog (Nos questions) qui ne cesse de me remplir d'aise.

    Chaque jeudi, les élèves (CE1) proposent une question qui leur tient à coeur, nous nous arrêtons à six questions et en sélectionnons une par vote à main levée. Celle-ci est aussitôt recopiée dans le cahier de liaison avec la proposition transmise aux parents de chercher pendant le week-end avec leur enfant une réponse, s'ils le souhaitent. Le lundi suivant, nous mettons en commun le résultat de nos recherches. 

    La seule règle sur les questions "recevables"c'est qu'elles ne soient pas des questions d'ordre philosophique - qui ont leur place dans un autre temps appelé "Je réfléchis" - et que la réponse ne soit pas unique (par exemple, "comment on dit "chaise" en anglais ?").

    Il s'agit là d'un vrai questionnement naturel, jamais orienté de ma part, qui sur une année balaye toutes les disciplines.

    Voyez plutôt :

    Sur le corps : Pourquoi avons-nous des couleurs dans les yeux ? Comment fonctionne le cerveau ? Combien de cheveux avons-nous ? A quoi ça sert de dormir ? Pourquoi quand on tourne, sommes-nous un peu penché ?  Pourquoi parfois, quand on sort de l'eau, avons-nous les lèvres violettes ? Pourquoi la nuit, faisons-nous des rêves ou des cauchemars ? Comment digère-t-on ? 

    Sur les animaux : Est-ce que la carapace des tortues fait partie de son squelette ? Pourquoi les escargots avancent-ils lentement ? 

    Sur le temps : Comment vivaient les hommes préhistoriques ? Pourquoi les saisons changent-elles ? Comment les animaux sont-ils apparus ? Pourquoi il y a-t-il des jours dans la semaine ? Comme était l'école au temps de nos grands-parents ? Pourquoi les jours de la semaine s'appellent-ils lundi, mardi... ? Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur en automne ?

    Une réponse au tableau sur la météo tracée par Raphael : 

    Plaisir VECU : Se libérer du programme

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur l'espace : Combien il y a-t-il d'étoiles ? Pourquoi les nuages sont-ils blancs ?

    Sur la technologie : Comment internet fait-il pour savoir autant de choses ? Comment fait-on pour prévoir le temps qu'il fera ? Pourquoi avons-nous du mal à reconnaître notre voix sur les vidéos ? Comment trouve-t-on des pierres précieuses ? 

    En mathématiques : Pourquoi les nombres ne s'arrêtent-ils jamais ? 

    Sur la société : Pourquoi il y a-t-il des pays ? Comment fabrique-t-on les films ? Pourquoi changeons-nous de Président ? Pourquoi il y a-t-il parfois des incendies dans les habitations ? 

    Autre : Pourquoi des fromages comme l'emmental ont-ils des trous ? 

    JAMAIS je ne me soucie de sélectionner les questions selon le programme, car je considère que faisant cela, ce serait instrumentaliser cette curiosité naturelle qui s'exprime et la tarirait automatiquement. 

    Au vu de ce tout ce qui a été partagé pendant ce temps, nous sommes allés bien AU DELA du programme imposé de CE1. Ma seule prise en compte de celui-ci, c'est que parfois, j'ai choisi de prolonger la discussion par une ou deux séquences pédagogiques. Par exemple sur les saisons, sur la vie d'avant ou sur le squelette. 

    Je ne peux que vous conseiller de mettre ce temps "Nos questions" au programme de votre classe ! C'est devenu pour moi un incontournable. 

    Daniel Gostain


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique