• Ma classe de CE1 participe à des ateliers avec les CP l’après-midi. Pendant 45 minutes, ils sont mélangés et peuvent faire des activités diverses : graphisme, tablettes, sport, origami, crackers pour Noël, arts plastiques, lecture, jeux de société ont été proposés depuis le début de l’année. 

    Avant les vacances de Noël, des mamans m’ont demandé si elles pouvaient venir faire des gaufres avec les élèves pour ensuite les vendre au marché de Noël de la ville avec une association de parents. 

    Nous avons donc profité des ateliers : pendant une semaine, 3 ou 4 mamans se sont relayées pour venir l’après midi. Mon groupe se composait de 6 à 10 élèves selon les jours (et selon les autres ateliers proposés dans l’école). Un groupe s’occupait de la préparation de la pâte (avec mesure des ingrédients), un groupe allait faire cuire les gaufres et un groupe s’occupait d’emballer les gaufres de la veille. Ils allaient ensuite faire la petite vaisselle et nettoyer les tables. Le tout suivi bien sûr d’une petite dégustation ! 

    Entre 300 et 350 gaufres ont été préparées cette semaine là (et tout a été vendu !)

    Nous avons également fait des calculs à partir des paquets de gaufres : il y a 8 gaufres dans chaque paquet, combien de gaufres dans 2 paquets ? 10 paquets ? 20 paquets ?

    Le succès a été tel que les mamans nous ont demandé de reconduire cet atelier, cette fois pour le marché de Noël au sein de l’école. Toutes les gaufres ont également été vendues et le bénéfice servira à des futurs achats pour notre école.

    Les élèves ont adoré participer à cet atelier et les mamans (ainsi qu’une mamie qui est venue nous aider) ont apprécié venir à l’école pour des activités qui changent de l’ordinaire.

    Nous avions déjà proposé aux parents de participer aux ateliers en début d’année mais personne ne s’était manifesté. Les parents viennent en effet aux réunions mais ne répondent pas toujours aux invitations à venir en classe. Mauvais souvenirs de l’école ? Manque d’intérêt ? Peur de ne pas savoir quoi faire dans la classe ? Les raisons sont, je pense, multiples.

    Le côté plus ludique et accessible des ateliers peut alors permettre aux parents d’oser venir en classe et partager ce temps avec leur enfant. Ce dernier va se sentir valorisé dans ses activités scolaires en voyant l’intérêt de ses parents. 

    Nous allons donc relancer l’invitation, en espérant qu’il y aura des retours positifs après cette expérience culinaire.

    Chloé Brillon, Classe de CE1, École Maurice Thorez de Wavrechain-sous-Denain (59). Avec les classes de CP de Mme Perek et M Bocquet


    votre commentaire
  • L’année dernière, avec ma classe de CE2-CM1-CM2, nous avons mené une correspondance. Ma classe était située dans une école REP+ de la Porte de Clignancourt, tandis que celle de nos correspondants était située en milieu rural, en Charente-Maritime. Avec mon collègue, nous nous étions choisis, dans l’idée notamment de permettre aux élèves d’appréhender, connaitre des milieux de vie très différents. Le résultat fut d’une grande richesse.

    Dès le contrat de correspondance, nous avons organisé une alternance entre envois collectifs et envois individuels. Les envois collectifs ont donné lieu à des échanges d’exposés, d’enquêtes, d’expériences diverses et variées, mais aussi et surtout à une étude comparative de nos milieux respectifs, propice au travail approfondi dans le domaine de la géographie ! Dans ce contrat, chacun des enseignants s’engageait aussi auprès des élèves à faire tout son possible pour organiser une rencontre entre les deux classes. Très vite, c’est la classe de Charente-Maritime qui s’est engagée dans le projet d’organiser une classe de découverte autogérée à Paris.

    Mes petits parisiens étaient baba de découvrir au fil de nos échanges toutes les montagnes déployées par leurs camarades pour mener à bien un tel projet. Tandis que nous nous apprêtions de notre côté à partir en classe de découverte grâce à la Mairie de Paris, nos correspondants multipliaient quant à eux ventes et événements en tous genres pour financer seuls un aller-retour en TGV, un séjour en auberge de jeunesse, les courses pour les repas, les tickets de métro sur place…

    C’est alors que, dans ma classe, grâce aux propositions du conseil, est née l’idée de payer à nos correspondants une journée complète à la Cité des Sciences. Et hop ! Calcul du budget, réalisation de cartes postales à vendre par les élèves, comptage régulier du pécule ainsi accumulé, évaluation de la somme restante à trouver, demande à la coop de l’école : les mathématiques naturelles sont arrivées dans la classe !

    Finalement, durant 3 jours au cœur du mois de mai, les deux classes se sont rencontrées avec plein de partages : une journée à la Cité des Sciences de La Villette, une matinée dans notre école sur des ateliers gérés par les élèves, et puis une autre matinée à la Tour Eiffel, qui était un moment aussi riche pour les Parisiens que pour ceux de Charente-Maritime. Joie teintée de trac des rencontres individuels après près d’une année d’échanges individuels entre chaque binômes de nos deux classes, fierté de faire découvrir le métro, émerveillements partagés au cœur d’un Paris aussi méconnu de mes élèves que mystérieux pour les élèves de mon collègue. Pour nous, enseignants, la satisfaction de faire entrevoir à ces enfants la possibilité d’inventer une communauté malgré tellement de distances…

    Au fil des correspondances individuelles, il a fallu apprendre à écrire bien, à écrire juste, à se dévoiler pour apprendre de l’autre, et enfin à partager. Quelle expérience dans le domaine du « savoir écrire et manier la langue » ! Les élèves de ma classe, issus d’un milieu très populaire, majoritairement immigré, enclavé dans un ghetto social, ont découvert qu’il existait partout des enfants avec qui ils pouvaient échanger et se comprendre, simplement par le pouvoir de l’écriture. Un horizon s’est ouvert dans leur vie. Et je pense que mon collègue pourrait en dire autant pour ses élèves des campagnes de la Charente Maritime !

    L’un des temps les plus forts pour cette correspondance individuelle fut le moment du retour des vacances en janvier. Mes petits élèves aux parents Maliens, Sénégalais, Sri Lankais, Algériens, Tunisiens, Marocains, Haïtiens, Ivoiriens… reçurent des lettres peuplées de « Bonne année », de récits de réveillon de Noël et de cadeaux en tous genres… Leur première réaction fut la perplexité : « Maitresse ! On n’a rien à leur raconter, nous. » Déjà, courant octobre, au moment des présentations, la question des « origines » (pour mes élèves, « racines venues d’un autre pays ») avait été posée… Chez nous, ce fut l’occasion de nous interroger sur les rites et coutumes à travers la classe, à travers le monde. Beaucoup ont cherché à décrire les fêtes pratiquées dans leurs familles respectives autour des enfants et des cadeaux, mais aussi de la nourriture. D’autre y virent l’occasion de recherches approfondies au sujet des pays d’origine de leurs parents. Tout à coup, apprendre à l’autre quelques mots d’une autre langue pratiquée à la maison mais pas à l’école est devenue une fierté. En échange, certains ont reçu des descriptions de fêtes et recettes charentaises.

    Et l’envie de s’écrire pour devenir amis est restée ; Et des envies d’aller parcourir la France / le monde sont nées !

    Magali Jacquemin


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique