• Je suis une professeure des écoles qui voyage, une brigade banalisée. Chaque jour je suis au contact d'instits différents, motivés, passionnés, investis, chacun à leur propre manière. Tout type de profil se côtoie. Rien de nouveau sous le soleil.

    Cependant, souvent un même constat depuis quelques temps : la place grandissante de la sécurité, de la restriction, de l'interdit. Il ne faut plus prendre aucun risque. Un problème se présente ? Interdisons, sanctionnons, posons une nouvelle barrière. Ce cadre d'action de plus en plus étroit en devient oppressant autant pour nous que pour les enfants à accompagner. Où est passée la liberté ? Elle ne semble plus être que quelques lettres gravées sur les frontons d'anciennes écoles ou de mairies, un vague souvenir, un sentiment de nostalgie, une douce utopie...
    Pourtant, notre mission n'est-elle pas encore - et plus que jamais - de former les citoyens de demain ? Des libres penseurs capables d'esprit critique ? Capables de choisir en connaissance de cause ?
    Cette culture de la peur engendre un climat dans lequel il devient difficile de s'épanouir.
    Je suis enseignante, pas gardienne de prison. J'ai voulu ce métier pour échanger, transmettre, éveiller la curiosité, la créativité et non pour opprimer.
    Aujourd'hui j'ai le rêve que ma vision de mon travail soit encore réalisable. Grâce à mon statut, au cours d'une énième journée à voyager, j'ai pu toucher du bout des doigts cet idéal, ce doux de rêve de liberté.

    Ce matin là, je suis arrivée de bonne heure dans une école un peu reculée du stress des grandes villes, les grilles étaient ouvertes, le cadre bienveillant, l'accueil chaleureux.
    Après quelques échanges détendus, sans jugements, les enfants sont arrivés, se sont mis à jouer et à évoluer dans cet espace qu'ils s'étaient appropriés. Les enseignants parlaient de leurs façons d'être et de faire. Tout me semblait parfait. Les élèves progressaient dans le cadre des textes institutionnels mais avec la pression que beaucoup trop peuvent connaître en moins.
    Oui, c'est possible...

    La journée de classe se passe dans le calme, les élèves sont autonomes, respectueux, s'entraident et savent qu'ils peuvent compter sur l'enseignant dès qu'ils en ont besoin. Je suis là pour eux, le contrat est clair. Les temps de pause sont également vécus en fonction des besoins, passage aux toilettes, jeux dans la cour, repos dans la classe, c'est autorisé mais toujours avec ce même respect, cette même confiance. Oui, des élèves peuvent rester en classe pour dessiner, terminer un travail et non, tout ne sera pas retourné en trente secondes. Quel bonheur de travailler ainsi, être présente, servir de référent et non de gendarme.

    Les échanges avec les collègues ne révéleront aucune formule magique, aucune recette miracle, juste une façon d'être, un regard bienveillant envers l'être humain et une croyance dans les talents de chacun. Une influence Freinet est passée par là, pas de honte à le reconnaître, bien au contraire.

    Bien sûr le tableau n'est pas parfaitement rose et des difficultés arrivent, personne ne peut être totalement épargné. Néanmoins, ce jour là, je suis repartie avec la ferme conviction que oui, c'était encore possible. Alors merci, merci à ces enseignants qui ont permis de me rappeler pourquoi j'avais choisi ce métier, pourquoi je me levais chaque matin. Je sais que rien n'est gagné et mes autres « voyages » ont tendance à me ramener à une réalité moins dorée. Les mauvaises ondes continuent à polluer plus ou moins discrètement notre quotidien et même avec la meilleure volonté du monde y résister est parfois difficile. Pourtant, ici et là, dans des endroits où l'on ne s'y attendrait pas forcément, des colibris luttent et essaient encore de faire leur part pour semer quelques graines de bien-être dans leur environnement et un peu de confiance dans l'avenir.

    Alors moi, aujourd'hui, quelque soit l'endroit où je suis envoyée, quelque soit ma hiérarchie, j'ai plus que jamais envie d'y croire, envie moi aussi d'être en classe un colibri...

    Isabelle Perreau

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1/ Les droits de l’enfant

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/43431

    2) Nouvel Educateur : Etre en sécurité

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/13220

    UNE QUESTION

    L’insécurité est-elle d’abord celle des élèves ou celle de l’enseignant ?


    3 commentaires
  • Ouvrir un peu plus l'école aux parents, ça faisait longtemps que j'y pensais !

    Cette année, c'est fait, avec mes collègues nous avons banalisé une semaine pour proposer aux parents d'intervenir au cours d'ateliers mis en place dans nos classes. Cela a eu un grand succès avec une belle mobilisation des familles.

    Ma demi-journée a eu lieu ce vendredi 14 décembre avec mes CM1-CM2. Neuf mamans et un papa ont réussi à se libérer pour venir. Ça m'a fait très plaisir pour les enfants qu'autant de parents aient fait ce choix !

    Ayant prévu quatre ateliers tournants (constructions en géométrie, agamographe, jeu de l'omelette en maths et jeu de plateau en français), j'ai réparti les parents en deux temps pour ne pas se marcher dessus dans notre petite classe. J'ai expliqué à chacun son rôle, rassurée aussi car je tournais de toute façon dans tous les ateliers.

    Pour voir quelques photos, il suffit d'aller ici : https://twitter.com/CMChampagneux

    En circulant, j'ai pu observer un peu, prendre de la distance, et comme les ateliers étaient clairement définis, j'ai pu constater des visages souriants, des parents disponibles et bienveillants... et des enfants ravis de faire de leur mieux. J'ai dépanné certains moments plus compliqués pour expliquer à un tel en difficulté, une telle qui ne comprenait pas, mais dans l'ensemble les parents ont été au top !

    Un papa était ravi d'avoir maitrisé à la fin le jeu de l'omelette, une autre soulagée que son appréhension se soit envolée. 

    Certains parents ont quand même avoué à la fin :

    "C'était super mais je ne sais pas comment vous faites seule toute la journée. Ils sont bien dynamiques !"

    Oui, c'est sûr, ils sont dynamiques mais franchement, une demi-journée comme ça, je recommence volontiers !

    Pourquoi j'ai trouvé ce moment génial ?

    - parce que les enfants ont été heureux de partager un temps de travail avec les parents dans leur classe.

    - parce que j'ai vu des parents passer du stade de "stress" au stade de "soulagement", "joie", "ravissement" d'être venus.

    - parce qu'ouvrir sa classe en montrant des vidéos c'est bien, mais le vivre avec eux, c'est mieux.

    Pourquoi ça a bien fonctionné ?

    - parce que nous essayons dans l'école, moi en tant que directrice et mes collègues tout autant, de favoriser la communication avec toutes les familles, ce qui n'est pas aisé dans un RPI éclaté de plusieurs km.

    - parce que je suis convaincue que plus l'école est transparente, plus les parents comprennent.

    - parce que nous avons organisé la semaine en amont : annonce en fin d'année, choix d'ateliers permettant un vrai travail des enfants mais aussi une facile appropriation des parents.

    Romance Cornet à Champagneux en Savoie

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1)ouvrir l’école aux parents

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/55615

    2)partager des moments avec les parents

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/55611

     UNE QUESTION

    Peut-on ouvrir l’école aux parents dans le second degré 


    votre commentaire
  • Hurlements ce jeudi matin du côté d’un groupe de CM qui ont pris l’habitude de squatter un coin de la cour. Mais cette fois, ils sont entourés de plusieurs de mes petits CE1 qui observent avec intérêt quelque chose.

    Le quelque chose en question est un malheureux bourdon, énormissime, comme j’en ai rarement sinon jamais vu, qui semble bien mal en point, ne parvenant plus à voler, se déplaçant au sol difficilement entre deux poussifs battements d’ailes.

    Ça hurle de partout « Un frelon, c’est un frelon !! Attention !! »
    J’hésite un peu, parce que pas totalement sûr que ce bon gros bourdon ne pique pas mais je l’attrape, le fais monter sur ma main. Redoublement des hurlements ; mes CE1 mi-effrayés, mi-fascinés m’entourent à distance raisonnée. Le bourdon a l’air bien fatigué mais il court encore pas mal. Pas facile de le garder sur la main.

    On monte dans les escaliers en respectant autant que possible les consignes de déplacement et on traverse le couloir dans un ordre que je n’avais pas obtenu jusqu’alors. Arrivé devant la classe le bourdon bougeotte de plus en plus ; une table traînant dans le couloir me sert opportunément de présentoir.

    Observez le bien. Combien a-t-il de pattes ? De quelle couleur est-il ?…
    Notre bourdon commence à reprendre son envol, volette maladroitement contre la vitre et je finis, presque à regret, par lui ouvrir la fenêtre, persuadé qu’il va retomber et s’écraser 10 mètres plus bas.
    Mais non, il vole, s’envole, gros aéronef bourdonnant qui s’élève dans le ciel pour ne former qu’un petit point noir qui finit par disparaître dans le ciel loin au-dessus des bâtiments.

    On pose le cartable et on se retrouve au coin regroupement. Pas de bousculade, ni de chahut comme les jours précédents.

    Alors, comment est-il cet animal ? Nous reprenons les points principaux de description : couleurs, nombre de pattes, j’écris quelques mots au tableau (jaune, noir, blanc, poils, antennes, six pattes, une abeille, un bourdon ; oui, j’ai fait « l’erreur » de ne pas demander comment cela s’écrivait et je n’ai pas non plus feint de ne pas savoir de quel animal il s’agissait ; plusieurs élèves avaient déjà mentionné son nom).

    Aux ardoises pour une phrase du jour. Les idées fusent. L’imagination s’envole (j’attendais plutôt une « plate » description de l’événement du matin), des histoires où il est question d’abeilles et de bourdons s’ébauchent (je regrette de ne pas avoir fait écrire sur le cahier de brouillon pour que cela soit repris en texte libre ou quelque chose d’approchant).

    « Le bourdon a six pattes », propose Y. qui n’avait pas écrit un mot lors des séances d’écriture précédentes et ne levait jamais la main pour répondre aux questions (ni ne répondait, si interrogé…). Notions de grammaire (une phrase commence toujours par ?... et finit par ?.... ; « Maître, c’est a accent ou a sans accent ?) et d’orthographe (pourquoi y a t il un s que l’on entend pas ?)… Oui, j’aurai sûrement dû prendre le temps de travailler avec chacun les phrases proposées. Prendre et donner plus de temps sur leurs productions respectives.

    Mais quand même, quand même : j’ai depuis trois jours le sentiment de ramer, de ne pas arriver à proposer quelque chose qui permette à mes élèves de rester concentré plus de cinq minutes. Ma séance de lundi d’observation d’une abeille et d’un bourdon (ceux-là étaient morts, à observer dans de petites boîtes…) n’avait pas intéressé grand monde.

    Cette fois, tout le monde participe et on avance bien ensemble. C’est juste tout simplement enthousiasmant. C’est bien vivant. Ce n'est pas la pédagogie de la mouche (voir plus bas) - j'ai encore du chemin à faire, à commencer par lire le bouquin en entier - mais celle du bourdon me plait déjà bien.

    Champagne !

    Thomas Servet

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) "La pédagogie de la mouche" et autres idées passionnantes de Bernard Collot

    http://education3.canalblog.com

    2) Découvrir et vivre son milieu

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/le-nouvel-educateur-222

    UNE QUESTION

    Comment faire pour que les apprentissages naissent avant tout de la vraie vie ?


    votre commentaire
  • Chaque année, je commence la rentrée en lançant un défi à mes élèves. J'ai depuis 4 ans une classe de CE1-CE2-CM1-CM2. Cette année, ils sont 30 ! Après avoir rédigé un journal, joué une pièce de théâtre devant les parents, préparé un repas pour les parents, cette année, il m'a fallu trouver une nouvelle idée. Notre thème de l'année étant "les châteaux", je leur ai demandé de construire une maquette de château dans la journée.

    Nous avons commencé par regarder des photos de châteaux (Moyen-âge et Renaissance). Nous en avions déjà observé quelques-uns l'an dernier, donc ils se sont assez rapidement tournés vers Chambord, Villandry, Chenonceaux et Clos Lucé. Chaque élève a choisi sur quel château il voulait travailler. La contrainte était d'avoir au moins un élève de chaque niveau dans chaque groupe. Une fois les groupes constitués, ils se sont répartis dans la classe et dans la salle d'à coté.

    Ils ont observé des dépliants avec des photos. Ils ont cherché d'autres photos sur internet. Tout le monde était au travail ! Ensuite, c'est devenu une sorte de fourmilière... Dans tous les sens, ça coupe, ça colle, ça colorie... Ils sont partis bille en tête.

    L'heure de la récré arrive. Celle de faire le bilan au retour aussi.
    Qu'est-ce qui a posé problème dans votre groupe ?
    Que pouvez-vous faire pour résoudre ce problème ?

    Certains parlent des "petits ciseaux qui font mal aux mains quand on coupe le carton". Ok, on prendra les grands ciseaux de la maîtresse, en faisant attention.
    Très vite, les CM pointent le manque de communication dans leur groupe. "Si on ne se parle pas, chacun fait ce qu'il veut mais on ne sait pas ce que font les autres. Le manque de communication nous empêche d'avancer ensemble."
    Là, c'est le moment où la maîtresse jubile intérieurement !

    On se met donc d'accord tous, pour discuter avant de découper, coller.... pour savoir ce qu'on veut faire, comment on va le faire etc.

    Arrive la fin de la journée et les maquettes ne sont pas terminées ! Bon, pas grave, on y consacrera deux après-midis de plus et ça marchera.

    Jeudi après-midi : on se rappelle ensemble que la communication est indispensable avant de se répartir dans les groupes. J'avoue, j'ai deux AVS et une ATSEM. On prend chacune un groupe pour aider à fluidifier la communication. Mes dix CE1 qui débarquent dans la classe et qui n'ont jamais travaillé en Pédagogie Freinet sont un peu perdus. Qu'est-ce qu'elle veut cette maîtresse? On se déplace, on va aux toilettes, on bouge, on discute... elle veut bien tout ? Bah non, la maîtresse n'accepte pas tout : on ne peut pas coller du carton sur le nez du voisin ni casser une paire de ciseaux. Petit à petit, des règles se mettent en place. On se respecte et on respecte le matériel. C'est essentiel.

    Jeudi soir : On fait le tour des salles pour aller voir les maquettes de chaque groupe. Bilan : "Maîtresse, il vaudrait mieux faire les maquettes demain toute la journée parce qu'on a bien avancé, mais il nous reste beaucoup de travail quand même ! Si on a fini avant 16h30 demain, ben on travaillera."
    Décision collective de terminer les maquettes toute la journée vendredi : c'est bon ça !

    Vendredi : Dès 9h, on se fait un petit point pour savoir où en est chaque groupe, ce qu'il reste à faire. C'est parti... jusqu'à 16h15 ! Toute la journée, ils ont coupé, collé, mesuré, peint, testé, tâtonné, fait, défait, refait.... Ils n'ont pas voulu sortir en récré l'après-midi pour être sûrs de terminer les maquettes.
    Résultat : époustouflant !

    Plaisir VECU 117 : Le Défi de la rentrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plaisir VECU 117 : Le Défi de la rentrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plaisir VECU 117 : Le Défi de la rentrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai été un peu optimiste en voulant faire ce défi en une journée. Mais on a réussi en 2 jours 1/2. C'était vraiment beau ! Tous étaient au travail, chacun à leur mesure. C'est boostant et motivant. Quelle année incroyable on va passer ensemble !

    Karine Fallourd

    POUR ALLER PLUS LOIN 

    1) Le TATEX (TATonnement EXpérimental)

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/recherche/adultes/results/tatex

     2) Faire des créations

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/creations

    UNE QUESTION

    Comment faire en sorte pour que tous les apprentissages soient vécus comme des défis à relever ? 


    votre commentaire
  • Prologue :

    Fin juin, j’arrive dans ma nouvelle école. Le hasard a voulu que je sois affecté dans l’autre école de la ville où j’ai été directeur quelques années plus tôt en arrivant dans la Vienne. Ma nouvelle directrice m’accueille avec un air navré :
    - Oh purée, je suis vraiment désolée mais, comme tu vas avoir les CE1-CE2, il va être dans ta classe ! Ils ont décidé de nous affecter le petit M., j’étais hier soir en réunion à la mairie et ce n’est vraiment plus possible qu’il reste dans son ancienne école … ben d’ailleurs, c’est celle où tu as été directeur. Tu connais peut-être la famille ?

    Lundi 2 septembre, jour de rentrée

    Les enfants sont rentrés dans la classe. Je les laisse s’asseoir où ils veulent en les observant découvrir leur nouvelle classe. Un peu d’agitation mais rien de spectaculaire, comme « on » me l’avait « promis » … Je fais l’appel pour savoir qui est qui, leur demande de me reprendre si je prononce incorrectement leur prénom… tâchant de repérer du regard qui peut bien être ce fameux petit M. au milieu de ces nouveaux visages que je ne connais pas. M. n’est pas là … On a fait des jeux coopératifs pour faire connaissance, décorer le cahier de liaison, utiliser des encres pour la page de garde du futur cahier d’écrivain, et c’est déjà l’heure de la sortie. Je raccompagne les enfants à la grille… et là, dans l’effervescence du premier soir, j’aperçois une tête connue… C’est la maman de M. qui s’excuse pour son absence en raison d’un rendez-vous médical et m’informe qu’il sera bien là demain matin.

    Mardi 3 septembre

    M. s’installe entre deux filles, qui sont nouvelles, elles aussi, à l’école, et nous commençons la journée où j’ai prévu de leur parler de l’entretien du matin.
    - « Moi ! » s’exclame tout heureux M. quand je demande si quelqu’un sait ce qu’on appelle un « quoi de neuf » ? Il n’a pas levé la main, en fait il s’est même carrément levé, mais en attendant je perçois son enthousiasme, et les copains aussi. J’en profite pour lui donner la parole et il nous raconte avec détails que dans son ancienne école, on faisait « ça » le matin pour commencer la journée. Les élèves écoutent sagement. Je reformule pour la forme.
    Un peu plus tard, je propose aux enfants de réfléchir sur la différence entre les futures règles de vie de notre classe et ce qu’on va appeler la « loi ».
    - « Moi je sais, moi je sais ! » crie presque M. en faisant tomber ses affaires : « Les règles, on va en discuter, alors que la « loi », ça ne se discute pas, c’est comme ça ! ». On échange tous ensemble, j’explique en effet que la « loi » ne se négocie pas (on ne se bagarre pas, on ne crache pas, etc.). Les échanges sont riches, la parole circule. On apprend à écouter tout le monde.

    Après la récré, je leur passe un des "empêchements à apprendre’’ (voir ci-dessous) que j’ai choisi (pas au hasard) la veille au soir : « J’ai envie de bouger ». Ça rigole dans la classe à la vue des clowns. On s’arrête après la séquence, on discute. On regarde les trois réponses proposées par les clowns. On échange, les enfants votent pour celle qui leur plaît le plus. Je leur demande d’argumenter leur choix. Enfin, ils sont très questionnés sur les propres questions des clowns à la fin, et notamment : « Et… apprendre à ne pas bouger, ça s’apprend ? ». J’ai observé M. et je le trouve très intéressé mais très perplexe aussi.
    J’arrive alors vers lui et il me chuchote à l’oreille : « Maître, moi aussi, j’ai tout le temps envie de bouger ! … C’est vrai qu’on peut apprendre à ne pas bouger ??...»

    Je sens que ça va être une belle année et qu’on va faire du bon boulot pour aider M. à canaliser son énergie :)))

    Philippe Gilg, Ecole élémentaire Simone Veil, Buxerolles (86)

    POUR ALLER PLUS LOIN

    1) Travailler sur les "empêchements à apprendre"

    http://www.empechementsaapprendre.com

     2) Les Droits de l'enfant

    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/recherche-droits-de-l-enfant

    UNE QUESTION

    Jusqu'où connaître les histoires familiales et scolaires des enfants arrivant dans nos classes ? 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique